Analyse

La sélection nationale masculine haïtienne : les défis des joueurs binationaux à venir en sélection à cause des détracteurs

Par James Bake

La sélection nationale masculine haïtienne, connue sous le nom de Grenadiers, fait face à des défis particuliers concernant l’intégration des joueurs binationaux dans son actif. À cause des mauvaises langues. Comme dirait le vieux adage haïtien, « Rat Kay kap manje pay Kay. »

La richesse de la diaspora haïtienne à travers le monde offre un vivier de talents potentiels pour renforcer la sélection nationale. Que ce soient les joueurs qui sont nés en Amérique du Nord, du Sud et en Europe. Cependant, certains joueurs binationaux hésitent à rejoindre l’équipe en raison de diverses influences extérieures et de préoccupations internes. Que disent certains dissidents qui les découragent de venir. Cette analyse se penche sur les obstacles rencontrés par les potentiels futurs guerriers dans leur quête d’intégrer pleinement leur sélection d’origine.

La réticence de certains joueurs binationaux à rejoindre la sélection haïtienne peut être attribuée en partie aux influences négatives provenant de diverses sources. Des rumeurs et des critiques provenant de certains soi-disant joueurs cadres de la sélection et de certains retraités de l’équipe nationale peuvent semer le doute chez les talents potentiels qui sont nés en Europe et en Amérique du Nord, craignant de voir leur place menacée ou leur expérience ternie. Cette dynamique nuit à la progression de l’équipe en limitant le pool de joueurs disponibles et évoluant dans le haut niveau.

Pourtant, des voix positives émergent également au sein de l’équipe. Des joueurs récemment intégrés témoignent de l’ambiance professionnelle et harmonieuse qui règne au sein de l’équipe nationale haïtienne. Des déclarations de joueurs comme Hervé Bazile en 2019 disant qu’il était mal conseillé, qu’il regrettait de ne pas venir plus tôt en sélection, car ce qu’il a vécu en sélection était quelque chose de merveilleux soulignent l’importance de l’unité et de la solidarité qui régnait au sein de l’équipe, malgré les tentatives de déstabilisation externes et des opposants farouches.

Il est impératif que la sélection nationale haïtienne surmonte les obstacles liés à l’intégration des joueurs binationaux en instaurant une culture de soutien et d’encouragement. Les influences négatives qui découragent ces talents potentiels doivent être rejetées, et les joueurs actuels et anciens, y compris des figures telles que Hervé Bazile dans le passé, Johnny Placide, FaFa Picault et Jean-Kevin Duverne dans le temps présent, doivent se rallier derrière l’objectif commun de renforcer l’équipe nationale. En aidant les futurs binationaux à s’intégrer tout en cultivant une atmosphère de confiance et de solidarité, les Grenadiers peuvent exploiter pleinement le potentiel offert par la diaspora haïtienne pour atteindre de nouveaux sommets sur la scène mondiale et notamment, la préparation de la Coupe du monde 2026 en vue.


En savoir plus sur Sport Passion Info

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

LIRE AUSSI

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page