Analyse

Foot-analyse : l’impardonnable échec de Nerilia Mondesir , pourquoi le brassard de capitaine doit être mis en discussion ?

Par James Bake

Dans le monde du football, le rôle de capitaine est sacré. C’est une responsabilité qui exige non seulement des performances exceptionnelles sur le terrain, mais aussi un leadership indéniable en dehors de celui-ci. Malheureusement, Nerilia Mondesir, capitaine de la Sélection nationale féminine haïtienne de football, manque beaucoup à répondre à ces attentes cruciales lors des moments les plus décisifs pour la Sélection nationale.

Les récentes déclarations de Nérilia Mondesir, capitaine des Grenadières, avant la rencontre face au Porto Rico suscitent un grand débat sur l’intégration des nouvelles joueuses. Elles ont suscité un vif intérêt et soulevé des questions épineuses quant à la dynamique interne de l’équipe. Lorsqu’elle a déclaré « on nous apporte des joueuses, on essaye de faire avec, on est là pour ça », elle a mis en lumière un aspect complexe de la gestion d’une équipe nationale. Ces propos révèlent des tensions potentielles entre les joueuses établies et les nouvelles venues, ainsi que des questions sur le processus de sélection et de communication au sein de la sélection. Il est impératif d’examiner de plus près les implications de cette déclaration pour comprendre pleinement les défis auxquels les Grenadières ont été confrontées pendant ce match de barrage, à en croire la déclaration de Nerilia.

Il ne faut pas oublier. Lors du barrage de qualification pour la coupe du monde, et plus récemment lors du match de barrage menant à la Women Gold Cup. Mondesir a raté des pénalités importantes qui ont coûté cher aux Grenadières, notamment la non-qualification de l’équipe pour cette première édition de la W Gold Cup. Son manque de sang-froid et de précision dans ces moments critiques a été décevant, pour ne pas dire désastreux, pour l’équipe et ses supporters.

En tant que capitaine, on attend de Mondesir qu’elle soit le fer de lance de son équipe, qu’elle les motive, les inspire et les guide vers la victoire. Cependant, ce que nous avons vu sur le terrain récemment est tout sauf cela. Au lieu d’être un leader, Mondesir est devenue une joueuse ordinaire parmi les autres, incapable de transformer la pression en performance.

Il est temps de faire face à la réalité brutale : Nerilia Mondesir ne devrait plus être la capitaine de l’équipe nationale féminine haïtienne de football, si elle continue avec ces genres de déclarations et ces sorties médiatiques semant la discorde au sein de l’équipe. Son inefficacité dans les moments cruciaux a coûté à l’équipe des opportunités précieuses et a laissé les supporters déçus et frustrés.

Les propos de Kesnol Lamour, célèbre journaliste sportif exprimés lors de son émission Carnet sportif sur la télévision Caraïbes, mettent en lumière l’importance de la responsabilité et de la communication pour un capitaine d’équipe. En rappelant que certaines déclarations ne devraient pas être faites en public, mais plutôt discutées en interne avec le staff et les dirigeants, KESNOL souligne l’importance de la cohésion et de la confidentialité au sein de l’équipe. Ses remarques soulignent également les défis culturels auxquels les athlètes haïtiens peuvent être confrontés, où le football est souvent perçu comme un moyen d’échapper à la pauvreté pour les petits Soyeux. Quant aux fils des personnes aisées, ils ne devraient pas avoir une place dans la sélection ou au football haïtien, au détriment des Pitit Soyèt. Ainsi, il incombe à Nérilia Mondesir et à ses coéquipières de naviguer avec prudence entre les attentes du public et les réalités complexes de la gestion d’une équipe nationale.
 
Le brassard de capitaine doit être mis en discussion et une décision doit être prise pour le bien de l’équipe. Haïti mérite mieux, et il est temps d’agir pour assurer un avenir plus prometteur pour l’équipe nationale de football féminin. Et non sur les caprices des anciennes joueuses, qui se disent cadres et intouchables malgré leur manque de performance quant aux clubs et à la sélection.


En savoir plus sur SPI

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

LIRE AUSSI

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page