Analyse

Foot analyse: Il faut un complot positif pour attirer les meilleurs (res) joueurs (ses) binationaux (les) !

 

Par : Ken-Rick Fernando JOSEPH

Avec le flux d’émigration à travers le monde, plusieurs pays comme Haiti et ceux de L’Afrique obligent de miser sur les binationaux rendant ainsi leur sélection compétitive. Pour un pays pauvre comme Haiti, pour attirer un binational ce n’est pas si simple. Ce n’est pas non plus une question de patriotisme encore moindre une simple manifestation de volonté, mais il faut surtout tout un mécanisme fusionnant L’état, La Fédération Haïtienne de football, le secteur privé, la diaspora et Le peuple Haïtien en Général. Comment y parvenir ?

Le rêve de jouer la coupe du monde 2026 est possible si et seulement les décideurs agissent de manière rationnelle. En dépit du fait que le football national confronte des problèmes majeurs le contexte oblige que le haut sature de la sélection nationale compose essentiellement des joueurs évoluant à l’étranger, mais surtout des binationaux. En effet, pour aller au bout du rêve, il nous faut un complot positif pour attirer les meilleurs joueurs binationaux pour enfin avoir une sélection nationale compétitive capable de rivaliser avec les meilleures équipes de la Région.

Le rôle de L’ÉTAT

L’état doit jouer un rôle déterminant pour attirer les binationaux. outre les procédés administratifs, a travers plusieurs structures Etatiques que ce soit au niveau du Ministère des Sports, de L’intérieur et le ministère des affaires étrangères L’état doit se préoccuper des moyens adéquats pour aider la fédération haïtienne de football dans la quête du rapatriement des talents binationaux.

L’obtention d’un passeport haïtien pour les joueurs binationaux, un véritable casse-tête chinois.

Depuis les récentes révélations de corruptions survenues au niveau de l’ambassade d’Haïti à Washington et à la fédération haïtienne de football, faciliter les binationaux à se procurer un passeport haïtien devient de plus en plus compliqué. Des problèmes d’archives liés à la preuve des droits du sang ou du sol sont plus récurrents, la lenteur dans le système est préjudiciable que ce soit pour les athlètes mais aussi pour le pays qui a besoin de tous ses fils et filles pour être compétitif au plus au niveau.

Le Ministère de l’intérieur et des collectivités territoriales

Le ministère de l’intérieur et la fédération haïtienne de football doit signer un protocole d’accord afin de former une commission bipartite pour le traitement spécifique des dossiers des joueurs (ses) binationaux (les), ainsi les paperasses administratives seront gérer de manière plus efficiente. Il y a trop de lenteur dans cette procédure.

Petite Anecdote : Alors que Les États-unis organisaient la coupe du monde de 1994, en moins de deux mois L’état américain ainsi que la fédération ont accéléré les procédures liés au « CITIZENSHIP » afin de faciliter les joueurs à représenter le pays. Toutefois, ce modèle peut nous aider à mieux conquérir les talents binationaux, car nombreux d’entre eux se plaindre de la lenteur des procédures administratives.

Le Ministère de la jeunesse et des sports et de l’action civique (MJSAC)

L’une des principales missions du MJSAC consiste à mettre en œuvre des plans de développement pour une pratique rationnelle du sport, la réalisation de meilleures performances sportives dans les joutes sportives internationales et le développement harmonieux du sport en Haïti. En ce sens, Le ministère des sports devrait avoir un fond de développement alloué à la fédération haïtienne de football matérialisant ainsi l’attractivité de nos sélections à nos binationaux. Toutefois, le MJSAC doit avoir un regard minutieux sur la manière dont la FHF utilise les fonds destinés à tel ou tel projet. La transparence et la rigueur doivent être la boussole de nos institutions sportives, la gestion opaque a ce niveau est très préjudiciable pour la croissance de notre sport Roi.

Le Ministère des affaires Étrangères (MAE)

Suite la montée vertigineuse de l’insécurité et de la recrudescence de la violence en Haïti, le pays connaît des graves problèmes liés à l’immigration. Nos clubs et nos sélections en ont subi les conséquences. Les cas les plus récents sont ceux du Cavaly et de la sélection nationale masculine U-17. Malgré la qualification de Cavaly pour les 1/8 de final de la ligue des Champions de la CONCACAF, le cheval rouge a vu se refuser des visas américains injustement par l’ambassade. pour affronter le New England aux États-Unis. Cette situation a entraîné l’élimination du club Leoganais.

Par ailleurs, la sélection masculine U-17 a passé une péripétie avant de trouver des autorisations pour fouler le sol Dominicain l’an dernier, malgré la FHF a entamé plusieurs démarches auprès du consulat dominicain et du ministère des sports dominicain pour atténuer la situation sans l’aide du MAE.Les athlètes haïtiens sont des ambassadeurs à part entière, outre les problèmes que connaît le pays, ils ont fait valoir le drapeau haïtien dans les compétitions internationales.

En effet, le ministère des affaires étrangères doit s’impliquer pour faciliter la tâche à nos représentants, le traitement que réserve les pays étrangers aux athlètes haïtiens n’est pas digne. D’où l’intervention du MAE est extrêmement important. Le ministère doit également continuer à développer des relations avec les représentations diplomatiques en Haïti pour faciliter le traitement des dossiers des sportifs haïtiens.

La Fédération haïtienne de football

« Le football haïtien est désormais rentré dans une forme de dépendance des joueurs binationaux ou exclusivement des expatriés » La sélection nationale se sert dans le vivier des championnats étrangers. Cela ne coûte pas cher. C’est moins dépensier. On évite d’avoir une politique sportive un peu plus ambitieuse dans le football haïtien.

Nonobstant les problèmes de corruption et d’abus sexuels au niveau de la FHF et du centre de formation camp Nou revoyant ainsi à la radiation à vie de L’ancien patron de la FHF Dr Yves Jean Bart. La fédération haïtienne de football évolue dorénavant sous la tutelle de La FIFA à travers le comité de normalisation installé depuis tantôt 3 ans. Pas de projet de développement, ce comité se contente de liquider les affaires courantes, il est limité financièrement puisque la FIFA n’octroie plus de fond FIFA Forward depuis 3 ans. Le développement du football haïtien est dans l’impasse.

Au-delà de toutes ses considérations la fédération haïtienne de football doit agir. Haiti a une grande diaspora, en France, au Canada, aux États-unis mais aussi un peu partout en Europe. La FHF doit mettre en place une politique pour attirer ces Haïtiens de la diaspora. La Fédération doit envoyer alors comme n’importe quel grand club des ‘scouts », des gens de la Fédération chargés d’aller superviser et repérer des jeunes joueurs talentueux. La FHF peut aussi servir des stars de la sélection ou des anciens joueurs pour aider à convaincre d’autres talents binationaux pour rejoindre les sélections nationales haïtiennes.

Les binationaux ont besoin le soutient du public haïtien.

Aux dires de Me Nathan LAGUERRE, le public haïtien a besoin de montrer beaucoup plus d’intérêt pour les joueurs binationaux ou expatriés haïtiens. « A travers les médias sociaux le public haïtien doit suivre tous les footballeurs haïtiens que l’équipe nationale pourrait bénéficier de leur service. Il faut Les féliciter, les encourager et les montrer notre intérêt et notre amour afin qu’ils se sentent aimer, valoriser par le peuple. Ainsi leurs intérêts de joindre les rangs de la sélection nationale pourrait accroître de manière exponentielle.

En Conclusion, La réalité du football haïtien est telle qu’elle est en ce moment. Les décideurs actuels ainsi que tous les secteurs doivent s’unir pour trouver des mécanismes viables pour le développement du football haïtien. Nous avons besoin de ce complot pour y parvenir dans un projet à court, moyen et long terme.


En savoir plus sur SPI

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

LIRE AUSSI

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page