Analyse

Le football : un élément unificateur et un vecteur potentiel de développement pour Haïti

Par James Bake

Dans un monde où les conflits politiques et les crises économiques persistent, le football émerge comme un phare d’espoir, offrant un terrain neutre où les divisions peuvent être surmontées et le progrès peut être réalisé. À l’image de l’emblématique joueur Didier Drogba, dont l’impact transcende les terrains de jeu, le football se révèle comme un catalyseur puissant pour l’unité et le développement.

Le parcours de Didier Drogba en Côte d’Ivoire illustre parfaitement le pouvoir transformateur du football. À lui seul, il a empêché une guerre civile dans son pays où des conflits internes existaient depuis plus de décennies. En mettant en lumière son dévouement à la construction d’hôpitaux, à la lutte contre le COVID-19 et à l’aide aux enfants défavorisés, Drogba a démontré que le football dépasse largement les frontières du jeu.

De même, en offrant des opportunités aux jeunes talentueux des quartiers marginalisés, le football peut devenir un levier économique, créant des emplois et renforçant les communautés, comme observé à Abidjan, Bambali et autres villes d’Afrique dont les stars africaines ont eu un impact majeur et significatif.

En Haïti, où la crise politique et économique fait rage, le football représente une lueur d’espoir. Les jeunes des ghettos et des quartiers défavorisés, dotés de talents footballistiques, peuvent non seulement réaliser leurs rêves sur les terrains internationaux, en signant des contrats en Europe comme Jean Sony Alcenat dit Tiga, Jeff Louis, Donald Guerrier, Arcus Carlens et Danley Jean-Jacques pour ne citer que ceux-là, mais aussi soutenir leurs familles financièrement et revitaliser leurs communautés grâce aux opportunités économiques créées par ce sport. En effet, le football peut offrir aux jeunes la possibilité de devenir des millionnaires, leur permettant ainsi de gagner de l’argent de manière légitime, sans recourir à la drogue ou aux armes pour survivre.

En s’inspirant de l’impact de Drogba en Côte d’Ivoire, Haïti peut également utiliser le football comme un outil pour promouvoir le développement et l’unité nationale. Les moments glorieux où le football a uni le peuple haïtien, notamment lors de la victoire de la sélection nationale à la Coupe Caribe en 2007 et lors de la remarquable remontada face au Canada à la Gold Cup en 2019, témoignent de cette capacité du sport à transcender les barrières sociales et à réunir des segments variés de la société haïtienne. Car, on l’a vu, ces deux grandes victoires ont permis aux Haïtiens et aux Haïtiennes de toutes couches sociales confondues de danser dans les bandes de RaRas et de fêter ensemble très tard dans la nuit. Et en 2007, on a aussi assisté à l’accueil chaleureux qui était réservé à Eliphène Cadet et aux autres grenadiers à l’aéroport international de Port-au-Prince à l’époque.

Ces exploits ont démontré une fois de plus le pouvoir du football comme un élément unificateur et un vecteur de développement pour tout un pays. En regardant vers l’avenir, Haïti peut puiser dans ces moments de triomphe pour bâtir un avenir meilleur, où le football continue de servir de catalyseur pour le progrès et l’unité nationale.


En savoir plus sur Sport Passion Info

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

LIRE AUSSI

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page