Analyse

Le choix épineux du Comité de normalisation : un coup de sifflet sur les sélectionneurs potentiels des Grenadiers

Par James Bake

Le comité de normalisation de la fédération haïtienne de football se retrouve sous les feux des projecteurs pour ses choix controversés dans la quête d’un nouveau sélectionneur national. Le récent revirement brusque vers un entraîneur français, Sébastien Migné, suscite des questions légitimes sur les critères de sélection et l’avenir de l’équipe nationale. Pourtant, une option plus prometteuse semble être ignorée : le talent et la stabilité de Gérard Nus, actuel assistant de la sélection grecque de football. 

Avec ces choix minables, le comité normalisation fait-il exprès ? En choisissant toujours le nivellement vers le bas,

Sébastien Migné : un pigeon voyageur sans réel leadership
 
À 51 ans, Migné a parcouru diverses équipes africaines, mais son bilan laisse à désirer. Son expérience en tant qu’entraîneur en chef est entachée d’échecs répétés, soulignant son incapacité à construire et à maintenir une équipe compétitive. Son parcours, principalement en tant qu’entraîneur adjoint, soulève des doutes quant à sa capacité à assumer pleinement les responsabilités d’un rôle principal. Pourtant, comme toute vraisemblance, il est le candidat numéro 1 ou encore favori dans les papiers des membres du comité de normalisation. C’est pour dire, les dirigeants du comité Normalisation n’ont rien compris des récents échecs de Jean-Jacques et de Pellegrino ; ils continuent tête enfoncée dans ces choix peu raisonnables.

Gérard Nus : une option sous-estimée

Actuellement assistant de la sélection grecque de football, Gerard Nus offre une alternative plus solide et stable. Son expérience internationale et son engagement en tant qu’assistant pour une équipe nationale renommée démontrent sa capacité à naviguer dans les eaux tumultueuses du football international. Ignorer un candidat aussi qualifié au profit de choix plus incertains est une erreur que le comité de normalisation ne peut se permettre. NUS aurait pu offrir à l’équipe nationale une direction plus assurée et ambitieuse. Ignorer des candidats compétents au profit de choix douteux remet en question l’intégrité et la crédibilité du comité de normalisation et de la commission en charge de choisir un nouveau sélectionneur pour les grenadiers.

Le Fantôme de Patrice Neuveu : Un avertissement non entendu

La comparaison avec Patrice Neuveu, dont le parcours présente des similitudes frappantes avec celui de Migné, devrait servir d’avertissement. Neuveu, lui aussi, a été nommé sur la base d’un pedigree douteux et a finalement laissé l’équipe nationale dans un état lamentable. L’histoire risque de se répéter si le comité persiste dans ses choix imprudents.

Le Comité de Normalisation : insouciance ou incompétence ?

Il est impératif de questionner les motivations du Comité de normalisation et de la Commission technique  chargée de la désignation  du nouveau sélectionneur. Leur apparente insouciance envers les succès futurs de l’équipe nationale est alarmante. Opter pour des entraîneurs dont les antécédents ne reflètent pas la qualité et l’ambition nécessaires pour atteindre les objectifs de qualification pour la Coupe du Monde de 2026 est un affront à l’aspiration de tout un pays.

 Un appel à la raison et à l’ambition

Il est temps que le Comité de normalisation et la Commission  technique chargée de la sélection prennent conscience de l’importance cruciale d’un leadership solide et visionnaire pour l’équipe nationale. La qualification pour la Coupe du Monde de 2026 ne doit pas être compromise par des choix précipités et dénués de perspective à long terme. Haïti mérite un sélectionneur de calibre international, capable de galvaniser et de guider l’équipe vers de nouveaux sommets. L’heure est venue de faire preuve de responsabilité et de viser l’excellence pour le bien du football haïtien.


En savoir plus sur SPI

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

LIRE AUSSI

Un commentaire

  1. Avec le choix d’un entraîneur peu califié,l’incompétant Pelegrino aura toujours son dernier mot à dire dans la négociation du choix d’un nouveau coach tout en espérant toujours le coach par interim

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page