Taekwondo

Paris 2024 : Le taekwondo haïtien vise l’exploit de 2020 en République dominicaine, selon Maître Ostin Frénel !

 

Dans un élan de résilience et d’ambition, le Taekwondo haïtien défie les tumultes politiques et sécuritaires pour s’illustrer sur l’arène internationale. Ce Mercredi 3 avril 2024, Maître Ostin Frenel, à la tête de la Fédération Haïtienne de Taekwondo, a récemment levé le voile sur les préparatifs et les aspirations de la nation caribéenne pour les prochaines échéances olympiques, lors d’un entretien exclusif avec l’émission « Carton Rouge ». Malgré les obstacles, la flamme du Taekwondo brûle plus ardemment que jamais dans le cœur des athlètes haïtiens.

Port-au Prince , le 04 Avril 2024 .- Alors que Haïti navigue dans des eaux troubles, marquées par l’absence de son Premier Ministre et une insécurité rampante, le sport, pilier de l’espoir et de l’unité, s’érige en bastion de la persévérance nationale. Maître Ostin Frenel, dans sa récente apparition médiatique ce mercredi 3 avril 2024, a non seulement tracé le chemin parcouru par le taekwondo haïtien depuis ses modestes origines mais a aussi esquissé la vision d’une participation triomphale aux Jeux Olympiques de Paris 2024.

Au cours de l’entretien avec Wiljode Louis, Ernso Laurence et Leconte Dor, Maître Frenel a retracé le parcours évolutif du taekwondo haïtien, de ses débuts en tant qu’association jusqu’à sa transformation en fédération sous sa direction en tant que secrétaire général. « Nous avons investi dans la formation de nos entraîneurs et athlètes, et avons même emmené plusieurs d’entre eux en Corée du Sud, berceau du taekwondo, pour s’imprégner de l’esprit et de la technique de ce sport, » a-t-il souligné.

Focalisant sur les préparatifs pour les éliminatoires des Jeux Olympiques de Paris 2024, il exprime un objectif ambitieux : « Notre but est de réitérer l’exploit de 2020et d’obtenir une qualification directe. » Trois athlètes, Aliyah Shipman (+67 kg), Ava Lee (-67 kg) et Gregory Jean Baptiste (-58 kg), sont actuellement en République Dominicaine pour un camp de taekwondo en amont des éliminatoires, démontre l’engagement de la fédération envers ses athlètes.

Cependant, la participation de tous n’a pas été possible. Woobens Cazeau, champion national, et Mariana Jean Pierre, une jeune talent prometteur basée en République Dominicaine, ont été empêchés de rejoindre le camp. « Woobens, originaire du sud, n’a pas pu se déplacer à cause de l’insécurité et de la fermeture de l’aéroport international. Quant à Mariana, elle a été confrontée à des problèmes administratifs liés à l’émission de son passeport par le consulat haïtien, » explique Maître Frenel.

Malgré ces embûches, la détermination de la Fédération Haïtienne de Taekwondo reste inébranlable. Cette entrevue met en lumière non seulement les défis auxquels les sportifs haïtiens sont confrontés, mais aussi la persévérance et la passion qui animent la fédération et ses athlètes dans leur quête d’excellence sur la scène mondiale du taekwondo.


En savoir plus sur Sport Passion Info

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

LIRE AUSSI

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page