Sébastien Migné répond aux commentaires de Romain Molina

Par Mythsouka Jean-Philippe

Dans le monde du football, les échanges passionnés entre entraîneurs et journalistes sont monnaie courante. Cependant, une récente altercation entre le nouveau sélectionneur de l’équipe nationale haïtienne de football, Sébastien Migné, et le journaliste français Romain Molina, a captivé l’attention.

Dans une réponse cinglante à Molina, Migné a exprimé son désaccord avec les critiques souvent négatives et empreintes d’aigreur émises à son encontre. Migné a souligné ses succès, notamment la qualification du Kenya à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) après 15 ans d’absence, ainsi que la victoire contre une équipe classée parmi les cinq meilleures du continent, le Ghana.

Pourtant, Migné n’a pas hésité à reconnaître les difficultés rencontrées, notamment la défaite contre les finalistes de la CAN, l’Algérie et le Sénégal, ne cédant que face à la Tanzanie. Cette déclaration révèle la complexité de la perception de la réussite et de l’échec dans le monde du football.

Les mots choisis par Migné révèlent non seulement une défense passionnée de ses actions, mais également une remise en question de la notion de vérité dans le football. Cette réflexion soulève des questions plus profondes sur la subjectivité des jugements et des succès dans le sport.

Je n’ai jamais voulu répondre face à vos commentaires plutôt négatifs à mon égard, mais je dois avouer que je les trouve plutôt injustifiés et remplis d’aigreur, ce qui n’est jamais bon quand on est censé être impartial comme tout bon journaliste. J’essaie de vivre pleinement ma passion avec des réussites et parfois des périodes plus compliquées. Je vs rappelle juste que le Kenya n’était plus réapparu en CAN depuis 15 ans avant mon arrivée, que nous avons battu un top 5 africain pour la 1ere fois de son histoire ( Ghana) et que nous nous y sommes malheureusement inclinés face aux 2 finalistes (Algérie et Sénégal), en gagnant le match que pouvions gagner c la Tanzanie. Alors l’échec reste relatif et parfois se qualifier à la CAN vaut certain palmarès… enfin peut-être… car plus j’avance ds le monde du foot et plus je m’aperçois qu’il n’y pas de vérité.

En conclusion, la confrontation entre Sébastien Migné et Romain Molina met en lumière les tensions inhérentes entre entraîneurs et journalistes dans le monde du football. Elle invite également à une réflexion plus large sur la perception du succès et de l’échec, ainsi que sur la complexité de la vérité dans ce domaine.


En savoir plus sur SPI

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Bouton retour en haut de la page